Bipolaire

DEFINITION

Trouble bipolaire est un terme de la nouvelle classification psychiatrique pour désigner un « trouble de l'humeur » fluctuant entre les deux pôles maniaque et dépressif.

Le terme « bipolaire » évoque ainsi ces deux pôles, entre lesquels l’humeur oscille.

Jusqu’en 1980, le trouble bipolaire était en effet dénommé « psychose maniaco-dépressive » (PMD) ou « maladie maniaco-dépressive » (MMD).

Qui correspondent à une véritable « façon d’être » globale de la personnalité ».

Bipolaire-maniaco-depressif-est-ce-la-meme-chose_exact540x405_l

Les individus atteints de trouble bipolaire montrent des symptômes qui peuvent aussi être confondus avec ceux de la schizophrénie, de la dépression ou du trouble de la personnalité borderline ( se traduirait par une insécurité interne constante et des attitudes de mise à l'épreuve de l'entourage incessantes).

L'ONU a fait de la santé mentale une priorité de santé publique et estime que, sur le plan mondial, une personne sur quatre connaîtra des problèmes de ce genre au cours de sa vie. La dépression se classe au troisième rang des maladies mondiales et devrait occuper la première place d’ici à 2030.

CAUSES

bipolaire-1024x300

La cause n'est pas clairement déterminée. Elle associe à la fois des facteurs de vulnérabilité génétique et des facteurs environnementaux.

Le mécanisme des troubles bipolaires est mal connu. Les causes sont multiples, probablement biologiques, psychologiques et environnementales..

La prévalence des troubles bipolaires est estimée à environ 1 à 2 % de la population, en Europe, Asie et Amérique.

Est une affection de l'humeur qui survient   suite d'un événement professionnel ou familial stressant.

Le trouble bipolaire serait plus fréquent en zone urbaine sans que le niveau socioéconomique n’explique cette différence.

60% des bipolaires sont concernés par un abus de substance notamment l’alcool. 

Parfois la maladie bipolaire peut se résumer à un épisode unique au cours de la vie, sans récidive.

Le trouble bipolaire se révèle le plus souvent au début de l’âge adulte, en moyenne entre 18 et 24 ans, mais il peut parfois survenir dès l’enfance ou, à l’inverse, nettement plus tard dans la vie.

SIGNES ET SYMPTOMES

Lorsque les fluctuations d’humeur dépassent en intensité ou en durée celles de l’humeur normale et qu’elles entraînent des altérations du fonctionnement ou une souffrance. Les individus qui en souffrent sont sujets à des fluctuations d’humeur excessives, voire extrêmes, sans qu’il y ait forcément un événement extérieur déclenchant.

Plus de la moitié des bipolaires souffrent d’insomnie, huit sur  dix ont une mauvaise qualité de sommeil.

Certains patients atteints de trouble bipolaire peuvent éprouver des problèmes moteurs pendant leurs épisodes. Ces problèmes touchent à 28 % des patients qui traversent un épisode mixte ou maniaque.

illustration-des-troubles-de-l-humeur-d-un-bipolaire_3f9c01da77e2c2029c2f430cbb8b9564fc10e696

Ces problèmes moteurs sont appelés « symptômes catatoniques ». Ces symptômes varient et peuvent comprendre une agitation extrême, ou au contraire, un ralentissement des mouvements. Parfois, le patient fait des mouvements ou adopte des postures inusités. Il est soit impossible à ralentir.

En l’absence de traitement ou de soins appropriés, la fréquence des oscillations et la gravité de cette maladie chronique peuvent augmenter.

Il est important que l'individu atteint de trouble bipolaire ne reste pas seul. Le désespoir peut être intense, le risque de suicide est très fort, l'individu se dévalorise et se juge nul, inutile, éprouve un immense sentiment de honte.

Un diagnostic souvent trop tardif

En moyenne, il faut attendre huit à dix ans environ après l'apparition des premiers symptômes pour que le diagnostic de maniaco-dépression soit posé.

Un délai inadmissible quand on sait que, faute de traitement adéquat et d'hygiène de vie adaptée, le risque de rechute est grand. Or plus on fait de rechutes, plus on est enclin à en faire. Et plus les crises sont difficiles à soigner

TRAITEMENTS

Le traitement des troubles bipolaires repose sur une aide psychologique adaptée au patient et des médicaments psychotropes associés parfois à des antipsychotiques.

Des traitements permettent, en effet, de se stabiliser et de mener une vie normale.

La prise en charge est complexe, et se fait sur plusieurs plans : hygiène de vie, traitement médicamenteux, psychothérapie, aménagement de l'environnement.

Le diagnostic et le traitement précoces du trouble bipolaire permettent d’éviter les troubles qui lui sont souvent associés.Tout retard au diagnostic met en danger la vie des patients.

La psycho-éducation est un outil thérapeutique complémentaire de la prise en charge médicamenteuse des patients souffrant de troubles bipolaires.

Les patients ayant participé à un groupe de psycho-éducation présentent moins de rechutes et moins d’hospitalisations, une meilleure connaissance de la maladie, une meilleure adhésion au traitement médicamenteux, une meilleure qualité de vie.

Les Neuroleptiques ou antipsychotiques

Les antipsychotiques sont utilisés pour réduire les symptômes psychotiques (délires, hallucinations) qui peuvent survenir lors d'épisodes maniaques ou mixtes sévères.

Ils peuvent également être prescrits pour leurs propriétés sédatives (contrôle de l'anxiété et de l'agitation). Depuis peu, on sait que certains d'entre eux ont aussi des propriétés stabilisatrices de l'humeur et même antidépressives.

 

la-maladie-bipolaire-avoir-l-humeur-en-montagnes-russes-big

Les troubles bipolaires peuvent donner lieu à la reconnaissance du handicap. Il est alors question de handicap psychique..

En 2012, la sécurité sociale a reconnu comme maladies professionnelles des troubles psychiques. 

Dans le cadre des maladies professionnelles et les troubles psychiques, 225 demandes de reconnaissance en maladie professionnelle de troubles psychiques ont été deposées, la moitié (45%) ont fait l'objet d'un accord.

La plupart des personnes bipolaires peuvent vivre une vie satisfaisante et fonctionnent bien à la maison et au travail.

Le handicap psychique se traduit par une perte de l'unité psychique et parfois une perception erronée de la réalité, dans lesquelles les capacités relationnelles, d’autonomie et d’adaptation sont perturbées. Difficultés de concentration et d’attention.

Journée mondiale est consacrée aux troubles bipolaires : c'est le 30 mars

Depuis 2014, une journée mondiale est consacrée aux troubles bipolaires : c'est le 30 mars], date de naissance de Vincent Van Gogh . Cette journée a été lancée par l'association Argos 2001

PERSONALITEES BIPOLAIRES

Les artistes bipolaires

Si certains artistes sont ou ont été atteints de maladie bipolaire, c’est malgré celle-ci et non grâce à celle-ci qu’ils ont pu nous transmettre leur œuvre.

Parmi eux on cite parfois :

  1. des musiciens comme Robert Schumann (1810 – 1856), Hugo Wolf (1860 – 1903), Anton Bruckner (1824 – 1896)
  2. des peintres tels Vincent Van Gogh (1853 – 1890)
  3. de nombreux écrivains comme Gérard de Nerval (1808 – 1855), Honoré de Balzac (1799 – 1850), Virginia Woolf (1882 – 1941), Ernest Hemingway (1899 – 1961), Friedrich Nietzsche (1844 – 1900)
  4. des hommes d’état comme Abraham Lincoln (1809–1865), Theodore Roosevelt (1858 1919) ou Sir Winston Churchill (1874 – 1965).

597243-catherine-zeta-jones-637x0-2 

mel-gibson-maniaco-depressif

Mel Gibson Maniaco-dépressif

http://www.purepeople.com/article/les-stars-et-la-bipolarite-catherine-zeta-jones-n-est-pas-un-cas-isole_a77959/1 

Troubles bipolaires: qui consulter?

Les causes des troubles bipolaires sont de natures diverses: vulnérabilité génétique, changements neurobiologiques, facteurs psychosociaux… C'est pourquoi la prise en charge doit également être multidisciplinaire.

Elle nécessite l'intervention de différents experts:

  • le psychiatre, médecin référent, en charge du traitement médicamenteux,
  • le médecin généraliste, souvent en première ligne lors d'une crise,
  • le psychothérapeute pour une thérapie ou des séances de psychoéducation,
  • l'assistant social pour la gestion d'éventuels problèmes financiers, professionnels

  "Le plus dur, c'est de ne pas savoir ce dont on souffre. Et ça, maintenant, c'est derrière moi"