LE TANTRISME

tantrisme

La définition du tantrisme

Le tantrisme n'est pas une religion différente de l'hindouisme, du bouddhisme.

Le tantrisme, dont le mot d'origine occidentale inventé au XIXe siècle est dérivé du terme tantra, désigne un ensemble de textes, de doctrines,

de rituels et de méthodes initiatiques,  dont la définition exacte ainsi que l'origine historique restent un sujet de discussion parmi les spécialistes

occidentaux.

Il s'exprime à travers des pratiques yogiques et des rites, se basant sur des textes ou tantras révélés, selon la légende, par Shiva Lui-même.

Tantra signifie « trame », « chaîne », d'un tissu.

Les tantras sont des textes qui se veulent être la continuation des véda (Ensemble de textes qui, selon la tradition, ont été révélés aux sages indiens).

Les véda sont des formules de liturgie et de rituel qui apparaissent en Inde entre 1500-1000 av. J.-C.

Et qui remontent à une tradition peut-être plus lointaine.

Selon André Padoux, spécialiste du sujet,"le tantrisme veut permettre à l'homme d'atteindre la libération sans renoncer au monde".

Pierre Feuga, professeur de Yoga à Paris décrit le tantrisme comme « une voie de transmission intégrale de l’être humain » et Mircea Eliade, historien en théologie et romancier roumain le qualifie de « plus grandiose création spirituelle de l’Inde post-bouddhiste ».

big_artfichier_752626_4804821_201505082057319

Ce qui différencie le tantrisme des traditions antérieures serait l’élan révolutionnaire qu’il contient.

En effet, rejeté, souvent mal compris sur son propre lieu de naissance, le tantrisme marque une rupture avec la tradition. Il est tout sauf tradition.

Il est amoral (libertaire) et non immoral. Il ouvre l’esprit, les sens, les chakras, il veut que la réalité soit réalisée « dans et par le corps ».

La divinité a deux pôles, notion qui s'est répandue dans plusieurs courants de l'hindouisme :

  • un pôle masculin, conscient mais inactif ;
  • un pôle féminin, actif et créateur d'énergie

Notre double polarité, masculine et féminine, et l’acceptation de notre entière réalité, avec ses ombres et ses lumières.

C’est la singularité du tantrisme que de n’être pas une philosophie du renoncement : « Il n’est plus nécessaire de fuir le corps pour trouver la paix, souligne Bernard Baudoin, auteur de Tantrisme, une voie de libération immédiate, car le corps lui-même devient un temple sacré : le lieu de la béatitude.

 

Comment se préparer

Les  pratiquants font quelques rituels pour favoriser leur entrée dans un état de communication profonde.

  • Aménager « l'espace sacré » avec, selon ses préférences, de l'encens, quelques tissus drapés, de l'éclairage indirect, des chandelles, un bol de fruits, etc.
  • Faire sa toilette avec soin. Utiliser quelques gouttes de parfum à différents endroits du corps.
  • Rencontrer l'autre par une salutation lente, les yeux dans les yeux, pour dire que l'on est, l'un et l'autre, disponible, ouvert, respectueux.
  • Établir le contact physique par une longue étreinte, sans gestes sexuels, une étreinte aimante, à l'écoute de ses sensations et des manifestations de l'autre.

Les partenaires peuvent ensuite recourir à toutes sortes de caresses, de techniques, de jeux ou d’exercices dont l'objectif est d'éveiller les sens,

d'accroître l'intimité,  etc.

L'EXCERCISES et L'ECHANGE D'ENERGIES

Exemple d’exercice : Communiquer son énergie à son partenaire

En position du lotus, face à face, paumes contre paumes, bercés par le refrain hypnotique d’un mantra soufi.

« Ne vous lâchez pas des yeux et ouvrez votre cœur. Mais ne cherchez pas à séduire. »

Au terme de l’exercice – quinze minutes de regards intenses –, notre partenaire me dira si a senti une forte énergie enfermée dans une carapace en acier......   

tantra coeur

Outre exemple d’exercice : La danse authentique

Vêtu d'un léger vêtement confortable, chaque partenaire danse à tour de rôle pour l'autre (chacun aura choisi une musique d’environ 10 à 15 minutes qui l'inspire). L'idée n'est pas de faire une jolie présentation ou d'aguicher l'autre, mais de bouger d'une manière qui correspond à ce que l'on ressent à ce moment-là, en y mettant tout son coeur.

Il faut laisser l'énervement s'apaiser graduellement, bien respirer, permettre à la musique de résonner dans le corps. On habite sa danse au point d'emplir la pièce... On peut pousser des sons ou chantonner, fermer les yeux ou regarder son partenaire.

Le rôle de l'observateur est d'être totalement attentif à la danse de la personne bien-aimée. À la fin, l'observateur accueille son partenaire, le serre dans ses bras et le remercie.

Puis danse à son tour. La suite peut être un partage de ce que chacun a vécu, à la fois comme danseur et comme observateur. Ou alors des étreintes sensuelles qui pourront mener à des raports, d’une façon renouvelée.

Shiva-Shakti-small-124birb               

Exemple d’exercice : Se masser mutuellement

Tout le monde se mettre alaise,on peut garder qu’un paréo.

 Il faut considérer toutes les parties du corps avec la même neutralité.« Tout le corps est sacré, il doit être traité avec respect. »  

 Allongé, les yeux clos, dans une béatitude pleine de soupirs, chacun se laisse aller comme un bébé au plaisir d’être touché par quatre mains, sans tabou.

 Il faut se concentrer sur les sensations et de chasser les projections.

Et si une érection s’annonce ? « Pas de problème,c’est la nature. »

Et, curieusement, pas de frustration non plus. On voudrait juste que ça ne s’arrête pas.

tantrisme2

Exemple d’exercice:La méditation

Comme c'est le cas pour la méditation, la sexualité sacrée se présente comme une activité simple à comprendre :

Etre en relation dans un état de profonde attention et de conscience , ce qui la rend accessible aux néophytes.

Mais pour la méditation, il s'agit aussi d'une voie profonde et pleine de subtilités.

Comment commencer une méditation:

Réciter du Véda, c'est faire un  acte de parole, non un acte de lecture  alimentés par les mémoires des  brahmanes.

Voici quelques-uns des interdits qui pèsent sur la récitation du Véda selon le  Vâsishta-Dharma-Shâstra :

On ne doit pas réciter "en courant, là où il y a des mauvaises odeurs, dans un lieu  stérile, monté sur un arbre, dans un bateau, à l'armée, après avoir mangé quand  on a les mains humides, quand on entend de la musique, au quatrième jour [du  mois lunaire], à la nouvelle lune, le huitième jour de la quinzaine sombre,  auprès d'un guru, le pied étendu, dans la nuit où l'on a pratiqué le coït, avec  le vêtement qu'on portait durant le coït, à moins qu'il n'ait été lavé, quand  on a vomi..etc, quand on entend les sâman (chants religieuses), avant d'avoir  digéré, quand tombe la foudre...".